Quand faut-il arrêter de s’améliorer ?

Lire un livre de développement personnel, voir un coach ou un thérapeute, assister à un workshop, écouter un podcast, suivre sa routine religieusement, suivre une nouvelle formation holistique…
Quand on commence à découvrir le développement personnel et à travailler sur soi et surtout quand on commence à voir les bienfaits que cela apporte dans notre vie, il est très facile de tomber dans l’extrême inverse en cherchant constamment à s’améliorer. Rien que le mot développement personnel induit ce besoin constant de s’améliorer. J’appelle cela la suroptimisation de soi.
L’intention est bonne. Chaque personne peut en effet toujours trouver quelque chose qu’elle peut améliorer en elle. Même la pro du fitness peut toujours revoir son alimentation pour sécher et perdre quelques millimètres de gras.
Je trouve personnellement important de s’arrêter à un moment donné, car cela revient à s’accepter complètement et pleinement avec ses défauts, ses ombres ou les choses qui ne nous plaisent pas en nous.

Bref de s’aimer inconditionnellement.

Le problème est souvent de savoir « quand faut-il s’arrêter ? »

Pour répondre à cette question, vous pouvez vous poser les questions suivantes :

 

  • Y a-t-il un domaine dans ma vie où je suis vraiment malheureuse ?
  • À quel niveau se situe mon baromètre émotionnel : 60% du temps heureuse et les 40% restants j’éprouve des émotions négatives, mais elles passent rapidement, ou est-ce que je suis heureuse moins de 60% de mon temps?
  • Comment est-ce que je vis (ce que je considère comme) mes défauts ?
  • Comment est-ce que je vis la critique ?

Si vous n’êtes pas en crise dans un domaine de vie et dans l’acceptation de vos défauts ou la critique, alors c’est un signal qu’il faut arrêter la sur-optimisation de soi et qu’il est plus important d’apprendre à vous accueillir telle que vous êtes.

« Apprendre à s’aimer sans conditions »

Comment s’accepter pleinement ?

Pas toujours facile, surtout quand on a appris à observer à la loupe ses défauts. Voici quelques pistes qui peuvent aider :

 

  • Prendre du recul et s’observer comme un tout (oui, je peux être tête de mule et réagir trop émotionnellement et oui, je suis en même temps une personne qui transmet sa joie et son engouement aux autres).
  • Demander à vos proches ce qu’ils aiment en vous. Vous serez étonnée de voir que dans la liste vous y trouverez vos qualités et aussi ce que vous considérez comme des défauts car reconnaissons-le, quelqu’un de parfait est ennuyeux. Ce sont vos manies et petits défauts qui vous rendent humaines et charmantes.
  • Faire une liste de ce que vous aimeriez (encore) changer et lister les conséquences si vous ne changez pas. Si vous vous rendez compte que de s’améliorer sur ce point ne change pas vraiment notre vie, oubliez ce changement.
  • Posez-vous la question si vous pouviez rester ami avec cette personne si elle avait le même défaut que vous vous reprochez ?
  • Enfin posez-vous la question : quel est le revers de votre défaut ? Je pense personnellement que beaucoup de traits que nous considérons comme défauts, sont en réalité des qualités que l’on pratique à forte dose. Par exemple, si être précis dans son travail peut être une qualité, être trop précis peut devenir un défaut. Si être émotionnel est vivant et humain, être à fleur de peau peut devenir un défaut. Si être optimiste est agréable, être irréaliste peut être dangereux. Si être prudent est sain, être averse au risque peut devenir handicapant.

Donc finalement accepter ses défauts consiste à accepter de ne pas avoir toujours le bon dosage de sa qualité.

Et si c’est trop difficile

Si vos défauts continuent de pourrir votre vie, alors il est bon de chercher d’où vient votre besoin d’être perfectionniste ou quel mécanisme de défense se cache sous ce défaut que vous n’aimez pas. Ce travail d’investigation nécessite de regarder quel événements de votre passé génèrent ces automatismes et de les reprogrammer pour que vous ayez plus de facilité à vous accepter telle que vous êtes.
Regardez mon wébinaire gratuit pour trouver quel événement du passé influence votre présent.

Une fois par mois, une inspiration de holistia par émail :