Faire moins mais mieux

Les journées ne se rallongent malheureusement pas et votre to do-liste ne finit jamais ?
Alors vous avez un problème de « moins faire ».
Ce problème je le connais bien. Je suis la reine de l’optimisation du temps, de l’agenda minuté.
Normal, je suis mumpreneure comme coach de vie et fondatrice de la plateforme holistia.ch, maman d’un petit garçon de 3 ans et demi et j’ai un job à temps partiel pour assumer ma partie du budget familial. Sauf qu’à force de vouloir faire tout, je n’étais nulle part et encore moins efficace, je ne profitais pas de ma vie, quand j’étais avec mon fils j’avais ma tête au travail et vice-versa.
Si ces périodes de sur-occupation peuvent durer un temps (enfant malade, travail important à rendre), elles ne peuvent pas devenir une habitude, au risque d’impacter durablement votre santé : charge mentale, intolérances alimentaires, crises d’angoisse, burnout etc…

Alors comment apprendre à faire moins mais mieux ?

Il s’agit bel et bien d’un apprentissage, d’un entrainement à prendre une nouvelle habitude qui n’est pas innée.

C’est aussi se réhabituer au vide, à ne rien devoir faire, à être seule avec soi-même.

La première étape consiste à éliminer toutes les choses qu’on aimerait faire, mais qui ne sont pas obligatoires.

La deuxième étape consiste à prioriser les choses qu’on estime devoir faire. Voici le processus de réflexion qui m’a personnellement aidé :

 

  1.  Se poser les questions suivantes pour chacune de ces tâches : Est-ce que je dois vraiment la faire ? Est-ce que je dois absolument la faire maintenant ou quel serait le délai limite ? Quelles sont les réelles conséquences si je ne fais pas cette tâche ?
  2.  Ajouter ses tâches de base c’est-à-dire les tâches qui sont indispensables à notre bien-être : se reposer, passer du temps en famille avec des amis, faire son sport… et se reposer les mêmes questions qu’en 1
  3.  Prioriser ses tâches en fonction du délai limite et des conséquences
  4.  Ajouter ses heures de sommeil et trajet
  5.  Refaire son planning de la semaine en laissant 10% de marge pour imprévu ou simplement à une baisse de productivité.

Ainsi vous aurez une vue plus réaliste de ce que vous pouvez faire.

Et si vous êtes toujours dans le rouge, vous pouvez assumer consciemment de repousser certaines tâches dans le temps, en assumant la conséquence de ne pas les faire ou bien en déléguant.

Après tout la vie demande de profiter de ce que nous faisons, d’apprécier le processus en soi et pas seulement le but.

Si le besoin de remplir votre agenda persiste, il serait intéressant de chercher dans votre passé quel manque vous cherchez à combler et le combler pour que vous puissiez être plus sereine avec ce vide ou ne rien faire. Regardez mon wébinaire gratuit pour identifier d’où cela vient.

Une fois par mois, une inspiration de holistia par émail :