Est-ce que travailler sur le corps peut changer notre mental?

On parle souvent du yoga comme un moyen d’assouplir son corps et se déstresser.

Aylin Karadayi, professeure de yoga au centre Yoga am Hottingerplatz vous explique comment la pratique des asanas comme outil de développement personnel peut travailler sur votre mental.

Reclined Virasana
Supta Virasana

Catégorie: Couché sur le sol, échauffement

D’abord s’agenouiller sur le sol.
Les genoux sont alignés avec le bassin et restent joints. Avec une ceinture, les cuisses peuvent être facilement tournées vers l’intérieur et restent donc proches l’une de l’autre.
Les talons encadrent les hanches externes, tandis que les orteils sont alignés avec les talons, sans tomber vers l’intérieur ou l’extérieur. Ainsi l’arche du bas du pied s’inscrit parfaitement dans la courbe des fesses.
Un bloc est placé sous les poumons en position moyenne, de sorte que la colonne vertébrale thoracique puisse se courber sur le bloc, et la tête est placée sur le sol.
Nous saisissons notre bras gauche avec notre main droite et positionnons nos bras en Garudasana. Nous essayons de mettre la main gauche autour du poignet du bras droit, de sorte que la main et le poignet s’unifient.
La main droite est pressée à plat sur le sol, si la distance est trop grande, un autre bloc peut être mis sous la paume.
La tête est tournée vers le bras supérieur de sorte que le menton s’adapte parfaitement dans le bras. Avaler sa salive plusieurs fois pour activer la glande thyroïde.
Changer ensuite les bras ainsi que la direction de la tête.
Si les genoux se soulèvent et quittent le sol, des sacs de sable peuvent être posés sur les cuisses ou, en cas de douleurs des genoux, les jambes peuvent être alternativement étirées, tout en maintenant la rotation des cuisses vers l’intérieur et en ancrant les talons dans le sol.

Actions:

  • ouvre les poumons et facilite l’apport d’oxygène
  • augmente la mobilité dans le bas du corps
  • l’ouverture principale des postures vers l’arrière (backbend) se situe dans la partie supérieure de la colonne vertébrale
  • étire les muscles abdominaux, les cuisses, ainsi que le psoas, les genoux et les talons
  • renforce les arcs dans le corps
  • soulage les jambes fatiguées
  • améliore la digestion
  • aide à réduire les symptômes de douleurs menstruelles
  • stimule la glande thyroïde
  • Chakra visés: Chakra du cœur (Anahata), Chakra du cou (Vishuddha)

Dans cet asana, l’essentiel pour moi est de libérer le cœur tout en stimulant le cou, c’est-à-dire l’organe vocal. Lorsque la zone du cœur est ouverte, le langage prend source dans l’authenticité et l’expression devient claire et honnête. Comme on est étendu sur le sol pour cet asana, la tête peut se retrouver plus bas que le cœur, les yeux peuvent se creuser vers l’intérieur, de sorte qu’un dialogue interne peut surgir. Les bras sont connectés, reliant les deux côtés du corps et les deux hémisphères, formant de nouveaux modèles et synapses. Nous formons un bon ajustement, nous sommes constants en nous-mêmes, la langue repose sur le palais, la main autour du poignet, le menton dans le bras.

Headstand
Sirsasana

Catégorie: Inversion

D’abord s’agenouiller sur le sol.
Placer les avant-bras sur le sol et saisir les coudes opposés avec les mains, en joignant les mains et appuyant les bords des mains ainsi que les avant-bras dans le sol. Cela crée un triangle avec un angle de 60 degrés entre les bras et les mains.
Approcher alors la tête des mains et placer la couronne de la tête, pas la partie plate de la tête, mais le sommet de la tête sur le sol. Ce point de la tête est, sur l’axe central qui nous traverse, l’autre extrémité du périnée.
Soulever les pieds et faire quelques pas dans un court downdog, sans déplacer les bras. Les épaules devraient maintenant se trouver au-dessus des coudes.
Plier un genou après l’autre ou monter tout droit avec les deux jambes jusqu’à ce que les jambes flottent dans l’air, en ligne avec le plancher pelvien. Le périnée forme maintenant l’antipode de la tête. Tourner les cuisses vers l’intérieur et pousser les pieds vers le haut, tandis que les bras et les mains pressent dans le sol, ce qui libère plus d’espace entre les oreilles et les épaules. Le cou ne doit pas avoir de rides et la tête ne porte que peu de poids. Attention à ce que le bas du dos ne soit pas cambré.

Actions:

  • inverse la gravité
  • stimule la glande pinéale qui forme l’antenne qui nous relie au cosmos
  • enseigne à se vider de pensées et à soulever le bas du corps contre la gravité
  • appelé le « roi des asanas »
  • renverse le flux sanguin vers la tête, nourrit les cellules d’oxygène, rajeunit
  • approfondit et calme la respiration
  • Chakra visé: Chakra du troisième œil (Ajna), Chakra de la couronne (Sahasrara)

La tête est au centre de cet asana. Je trouve le discernement. Je ne travaille pas tant à travers la pensée à ce moment, je trouve plutôt un centre qui me permet de me redresser. Toutes les poses d’équilibre m’apprennent la modestie, puisque je n’ai pas la même sécurité que dans ma nature première, sur mes jambes sur lesquelles je peux normalement me tenir debout. En position de poirier les pensées ne tournent guère, elles se règlent d’elles-mêmes, elles se rangent carrément, car il s’agit de trouver la clarté dans l’asana et au-delà même dans sa propre condition. La perspicacité vient par le fait que l’on saisit un autre angle de la situation et cela donne un sentiment de neutralité. Ce n’est qu’à travers cette dernière que je peux me libérer des schémas répétitifs, présents jusque-là, de ma propre vision. Je peux me transposer dans une position, une perspective différente et manipuler pour ainsi dire les circonstances. Ce qui ne change jamais c’est mon centre, juste la circonstance change.

Double Pigeon
Agnistambhasana

Catégorie: Assis, hanches

Pour cet asana on commence avec Dandasana, assis avec les deux jambes tendues. La couronne de la tête se dresse vers le plafond, la poitrine tournée vers le haut, les épaules vers l’arrière.
Plier la jambe droite à un angle de 90 degrés, de sorte que le bord extérieur de la jambe incurvée repose sur le tapis, parallèle au bord du tapis. Le pied droit est fléchi et actif de sorte que le pied est perpendiculaire au tibia. Puis plier la jambe gauche de 90 degrés et la placer sur la jambe droite. Idéalement, les tibias sont parallèles, le genou sur le talon et le talon sur le genou de la jambe opposée.
Du deuxième orteil au genou et à la hanche, trois angles de 60 degrés devraient se présenter.
En élargissant légèrement les fesses, le repliement devient plus facile. L’assise devrait se faire sur le périnée, pas sur le pubis, ni le coccyx. Si cela n’est pas possible, on peut s’aider en s’asseyant sur une couverture.
Puis changer de côté.

Actions:

  • consolide la fondation de l’être, qui est fondamentalement tout ce qui est en dessous du diaphragme, la base, la substance
  • crée une plus grande amplitude de mouvement autour de l’articulation de la hanche
  • adapté pour les femmes enceintes pour renforcer le plancher pelvien
  • stimule les organes abdominaux
  • renforce les jambes et les mollets
  • calme l’esprit
  • soulage l’anxiété, la tension et le stress
  • Chakra visé: Chakra racine (Muladhara), Chakra sacré (Svadhisthana)

Dans cet asana, il s’agit avant tout de se confronter aux choses désagréables. Les hanches peuvent déclencher l’inquiétude, la colère ou la peur en chacun de nous. Ce sont des sujets liés à nos origines qui sont cachés dans les hanches et il est important de les aborder. L’asana n’est pas appelé un « bûcher » pour rien, puisqu’il doit s’agir de faire face aux vieilles situations et de briser ces vieux défauts et croyances ou de carrément les brûler. Seule la répétition permet de pratiquer cet asana avec plus de douceur, car il s’agit de retirer les coquilles dures qui se sont construites autour de l’essentiel. Le pliage se produit à partir de l’articulation de la hanche et un pliage propre permet un déploiement clair, de sorte que l’on s’ouvre dans le haut du corps, au niveau des organes et au niveau du dos dans le but de croitre dans son propre potentiel. Une fois que nous sommes littéralement déplié, la place est faite pour du nouveau.

Twisted Straight Leg Lunge
Parivrtta Alanasana

Catégorie: Debout, torsion

Avancer le pied droit et placer le genou à un angle droit au-dessus de la cheville, avec le fémur parallèle au sol. Le pied arrière appuie sur la balle du pied, de sorte que le talon dépasse de 90 degrés sur la balle du pied, le genou de la jambe arrière est retiré du sol, la cuisse est activée.
Le haut du corps est courbé, de sorte que la colonne vertébrale créé un beau crescendo, respectivement un arc. Le torse est alors étiré vers le haut et tourne ensuite autour de son propre axe dans la direction de la jambe droite, de sorte que le bras gauche touche la cuisse de la jambe droite. L’épaule du bras gauche et le genou de la jambe droite sont de préférence reliés. Nous nous organisons pour que les hanches soient dirigées à trois heures et neuf heures et que le torse puisse tourner à 90 degrés.

  • Variation de bras 1: Incliner le bras inférieur gauche et former un poing avec la main, tandis que la main droite peut être placée sur le poing, les deux coudes étant alignés.
  • Variation de bras 2: Le bras gauche est tendu et la main à plat est appuyée contre le sol tandis que le bras droit est orienté de 180 degrés diamétralement vers le plafond.

Puis changer de côté.

Actions:

  • une torsion profonde qui nourrit tous les organes depuis la base vers le haut
  • crée l’endurance, la fondation et la stabilité dans la base
  • génère beaucoup de mouvement, de portée et de capacité au milieu
  • la connexion du genou et de l’aisselle simplifie la torsion
  • les reins sont stimulés et le liquide dans le corps peut bouger
  • évacue les toxines et les résidus du système
  • donne plus de vision à l’arrière
  • une torsion est toujours une vision autour de soi
  • on devient une révolution sur une brochette
  • Chakra visé: Chakra de la racine (Muladhara), Chakra du nombril (Manipura)

Dans cet asana, il s’agit essentiellement de construire la stabilité dans sa fondation. Une fois que la structure de base est reliée à la terre et sécurisée, une plus grande liberté de mouvement peut se développer au deuxième étage du corps, le tronc. Nous pouvons plier la colonne vertébrale dans toutes les directions ce qui nous permet de percevoir une plus grande partie de l’ensemble. Nous réalisons la torsion diamétralement opposée dans l’autre sens, de sorte que la vue puisse être dirigée sur l’invisible. Nous connectons le passé avec le présent et le futur, le temps devient sphérique. Parce que ma colonne vertébrale n’est pas par nature en rotation, j’ai particulièrement l’impression de gagner de nouvelles possibilités, ce qui est beaucoup plus prononcé dans les torsions que par exemple dans les repliements ou les postures vers l’arrière, parce que je peux aller au fond de tout quand je fais le tour de mon axe et je deviens beaucoup plus consciente de mes propres possibilités. Quand je perçois toute mon étendue, alors je connais ma place dans mon intérieur et à l’extérieur.
À l’étage le plus bas au niveau de mes pieds et mes jambes, je crée de la stabilité, au milieu dans le tronc et les bras, je trouve une capacité accrue et en haut au niveau de ma tête et mes yeux, je prends conscience.

À propos de Aylin Karadayi

IMG_0080-3

Les photos ont été réalisées par la talentueuse Géraldine de Namasté Photo . Vous pouvez admirer ses photos sur son compte Instagram.

Une fois par mois, une inspiration de holistia par émail:

Vous avez essayé? Partagez votre expérience et inspirez d’autres personnes: