Intolérances alimentaires évitez l’auto-diagnostic

Mangez sans lactose ou sans gluten devient de plus en plus un effet de mode.
Mais avant de supprimer un aliment complétement de votre régime alimentaire il vaut mieux faire le point avec un spécialiste.

Sandra Mikhail nutritionniste diplômée et blogueuse de renommée dans le domaine de la nutrition à Zürich souffre personnellement d’une intolérance au lactose et elle s’est spécialisée dans le domaine des intolérances et allergies alimentaires.

Elle vous explique dans cet article la distinction entre allergie et intolérance alimentaire et vous donne ses conseils si vous suspectez une intolérance au lactose et au gluten :

Quelle est selon vous la raison pour laquelle de plus en plus de gens développent une intolérance ou une alimentaire allergie ?

À ce jour, il n’y a pas d’informations claires concernant l’augmentation des allergies alimentaires et des intolérances, mais certaines hypothèses sont évaluées. La théorie la plus populaire est associée à la célèbre « hypothèse d’hygiène ». Il part du principe qu’une faible exposition aux infections et aux germes pendant la petite enfance peut augmenter votre risque de développer une allergie. Une autre raison pourrait être due à l’utilisation de meilleurs outils de diagnostic. Il y a aussi une augmentation des personnes s’auto-diagnostiquant elles-mêmes comme allergiques, ce qui contribue à cette augmentation.

Enfin une autre théorie qui fait actuellement l’objet d’une enquête, et dont je partage l’avis, pense que le fait de retarder l’introduction d’aliments allergènes tels que les noix, les œufs ou le soja pendant le processus de sevrage peut augmenter le risque d’allergie d’un enfant. Pour cette raison, de nouvelles études et directives suggèrent d’introduire des aliments allergènes en toute sécurité lors de l’introduction de matières solides chez les nourrissons. Comme vous pouvez le voir, il est assez difficile de pointer le doigt sur la cause exacte et de plus amples études sur le sujet sont justifiées.

Quelle est la différence entre une intolérance alimentaire et une allergie ? Comment pouvons-nous le tester ?

En termes simples, une allergie alimentaire est la réaction de votre système immunitaire contre une protéine alimentaire spécifique, où elle répond à cette substance comme substance nocive. Cette réponse implique la libération d’anticorps allergiques appelés anticorps IgE contre cette protéine particulière. Les réactions allergiques s’ensuivent et peuvent se manifester de plusieurs façons ; par des symptômes mineurs comme une éruption cutanée, des démangeaisons ou des urticaires à des réactions plus graves telles que le gonflement de la langue, la gorge qui se resserre ou des difficultés respiratoires. Pour cette raison, une allergie alimentaire peut être fatale.

Le diagnostic d’une allergie alimentaire implique des tests cutanés ou des tests sanguins pour l’IgE spécifique des allergènes (RAST), ce qui aidera votre médecin à confirmer les allergènes auxquels vous êtes sensibles. Il est important de noter que les résultats des tests d’allergie ne peuvent pas être utilisés de leur propre chef et doivent être pris en considération avec vos antécédents médicaux. Avec une intolérance alimentaire, les symptômes sont larges et variés et peuvent affecter de nombreux systèmes différents dans le corps. Certains des symptômes possibles comprennent les migraines, l’irritabilité, la diarrhée, la nausée, les ballonnements et les douleurs abdominales. Avec une intolérance, le système immunitaire n’est pas impliqué et aucun anticorps n’est produit contre les aliments consommés. Les intolérances alimentaires courantes comprennent l’intolérance au lactose et au blé, mais peuvent également inclure une liste complète de substances chimiques alimentaires comme les salicylates, les amines et les glutamates.

Contrairement à la pratique de certaines cliniques, il n’existe pas de tests sanguins permettant d’identifier de manière fiable les intolérances alimentaires. Ces tests sont généralement très coûteux et indiquent souvent une très longue liste d’aliments déclencheurs à éviter. Les tests les plus courants des tests d’allergie et d’intolérance et les moins orthodoxes sont ceux qui sont basés sur des tests d’anticorps anti-IgG. Les anticorps IgG sont des protéines produites par le système immunitaire en réponse à l’exposition à des déclencheurs externes, comme les pollens, les aliments ou le venin d’insecte. Les anticorps IgG contre les aliments sont généralement détectables chez les adultes et les enfants en bonne santé, peu importe si des symptômes liés à une intolérance alimentaire sont présents ou non. Il n’y a aucune preuve crédible que la mesure des anticorps IgG soit utile pour diagnostiquer une allergie alimentaire ou une intolérance, ni que les anticorps IgG provoquent des symptômes. Malgré les études montrant l’inutilité de cette technique, elle continue d’être promue. La seule façon malheureusement d’identifier une intolérance alimentaire consiste à subir un régime d’élimination sous la supervision d’un nutritionniste accrédité. Ce régime est un régime alimentaire très faible et peu coûteux qui est suivi pendant au moins trois semaines. Par la suite, chaque aliment ou produit chimique est introduit un à la fois. Si les symptômes se reproduisent après la reprise d’un aliment, il est probable que la substance introduite était responsable de déclencher les symptômes.

Quel est votre conseil en cas d’intolérance au lactose ?

Je souffre personnellement d’intolérance au lactose et c’est une de ces intolérances où vous pouvez soit éviter tous les produits contenant du lactose ou inclure une enzyme lactase chaque fois que vous consommez quelque chose avec du lactose. Le degré d’intolérance au lactose varie fortement, il est donc important de déterminer quel est votre seuil. Si vous choisissez d’éviter tous les produits contenant du lactose (tout ce qui est fabriqué avec des produits laitiers, cependant les fromages à pâte dur comme le gruyère, l’emmental, l’edam, le cheddar contiennent peu de lactose en raison du traitement et peuvent être tolérés). Les alternatives végétales telles que les laits de soja, les laits aux noix et les produits à base de noix de coco sont appropriés pour autant qu’elles soient enrichies en calcium.

Je recommande personnellement à mes clients d’exposer leur corps à une variété de nutriments en alternant entre les produits laitiers et les alternatives végétales, en ne comptant pas principalement sur les produits laitiers.

Quel est votre conseil en cas d’intolérance au gluten ?

L’intolérance au gluten est un sujet très controversé car il est devenu une tendance à la mode plutôt qu’une «maladie». Je peux parler de ce sujet pendant des heures, mais en termes simples, les personnes qui devraient éviter strictement le gluten comprennent ceux qui sont diagnostiqués avec une maladie cœliaque (qui est diagnostiqué par un test sanguin et une biopsie de l’intestin grêle) et les personnes atteintes d’une sensibilité sans cœliaque au gluten. Certaines personnes peuvent également confondre l’intolérance au gluten avec l’intolérance au blé car les symptômes sont habituellement difficiles à différencier car ils peuvent se produire plusieurs heures ou même quelques jours après avoir consommé du blé. Certaines personnes sont en mesure de développer une intolérance légère dans le temps, cependant, pour éviter que des symptômes ne se reproduisent encore et encore, un régime sans blé peut être bénéfique. Si vous soupçonnez une intolérance au gluten, mon conseil consiste à: 1) demander de l’aide professionnelle et 2) éviter de vous auto-diagnostiquer ou de subir l’un des tests peu orthodoxes mentionnés ci-dessus. Pour les personnes qui choisissent de s’alimenter sans gluten, je vous conseille de vous assurer que votre alimentation est nutritionnellement adéquate. Évitez de compter sur des produits sans gluten tout prêt sur le marché et essayez d’utiliser d’autres céréales complètes, tels que le quinoa, le riz brun, le sarrasin et le millet qui sont meilleures d’un point de vue nutritionnel. N’oubliez pas que les produits étiquetés «sans gluten» ne sont pas nécessairement bons pour la santé!

« N’oubliez pas que les produits étiquetés «sans gluten» ne sont pas nécessairement bons pour la santé! »

Trois conseils de Sandra Mikhail pour votre santé:

 

  1. Abstenez-vous de l’auto-diagnostic
  2. En cas d’allergie ou d’intolérance alimentaire faites-vous aider par un professionnel
  3. Rappelez-vous que les produits sans gluten ou lactose ne sont pas forcément sains, privilégiez les aliments frais et nutritionellement intéressants.

À propos de Sandra Mikhail

Sandra Mikhail

Une fois par mois, une inspiration de holistia par émail :