Comment accompagner les enfants hypersensibles

Les enfants actuels sont de véritables éponges émotionnelles et énergétiques. Ils ont des antennes très développées, sentant et captant les ambiances et les gens. Ils plongent dans les failles et les faiblesses des adultes. Ils sont exigeants, car ils obligent leurs parents et les adultes qui les accompagnent à être parfaitement ancrés, alignés, cohérents. Ce sont clairement des enfants qui viennent faire évoluer le monde avec leur hypersensibilité : ils sont des éveilleurs de conscience.

Cette hypersensibilité est souvent vécue comme une fragilité, mais elle peut devenir une force au fil des années. Il est sage d’accompagner ces enfants dans leur particularité.

Comment se manifeste ce problème/ Comment savoir si on a ce problème ?

Un enfant hypersensible est à fleur de peau et il a facilement la larme à l’œil. Il a de la difficulté à gérer ses émotions, et peut piquer des crises après être revenu d’un lieu bondé. Ou après l’école. Il est généralement très sensible à l’injustice et ne supporte que difficilement l’autorité, surtout si celle-ci est abusive. Il a une bonne faculté d’empathie et ressent ceux et celles qui l’entourent. A l’inverse, il risque de rejeter quelqu’un qui ne lui semble pas congruent.

Quelle est l’origine de ce problème ?

Les enfants hypersensibles ont le plus souvent des parents avec une sensibilité exacerbée, mais qui n’a pas pu être reconnue lorsqu’ils étaient enfants.

Par nature, l’enfant est un être sensible. Connecté au monde d’en haut. Son défi est d’intégrer la réalité terrestre, corporelle, physique. D’entrer dans la matière qu’est le corps et d’accepter leur choix d’incarnation. Son défi est de développer des racines solides, profondes, afin de se sentir en sécurité sur la terre, et sans peur de perdre les connexions avec les mondes subtils. C’est un véritable travail d’in-corporation (s’installer dans le corps, le coeur et le ventre), entre Terre et Ciel, et de descente dans la matière.

Rappelons-nous que l’enfant est dans la bulle énergétique de sa maman pendant les 7 premières années de sa vie. Il est donc essentiel que la maman fasse sa part pour être alignée et en harmonie.

Comment votre méthode peut aider ?

2 manières de procéder :

  1. En séance

Avec un suivi de kinésiologie permettant de prendre en compte l’histoire individuelle de l’enfant dans la globalité de l’histoire de son clan. En travaillant sur les aspects transgénérationnels, déchargeant ainsi l’enfant des programmes qui ne lui appartiennent pas forcément, et pour ma part, en prêtant une attention particulière sur sa manière de venir au monde.

Comme ce sont des êtres subtils, j’ajoute au questionnement traditionnel de kinésiologie (le « oui » et le « non » pour le cerveau), un testing au niveau du 2ème cerveau. Notre 2ème cerveau est composé de l’intestin grêle (dont le rôle est de trier les informations, d’assimiler et d’absorber), et du gros intestin (avec sa fonction d’évacuation et d’élimination). Pour aller dans cette profondeur, je fais mettre la main gauche sur le nombril, mettant en circuit ainsi cette zone du 2ème cerveau. Cette manière de procéder permet de se mettre en résonance avec la nature profonde et subtile de ces enfants.

  1. Lors d’une formation.

Pendant les formations autour des enfants hypersensibles, nous (Aline Fridez – ma co-animatrice –  et moi-même) transmettons des outils très concrets, pouvant s’intégrer dans le quotidien. Outre des conseils éducatifs et des exercices de kinésiologie éducative, nous suggérons des pierres à porter dans les poches, des huiles essentielles à respirer. La priorité, c’est de fortifier l’enracinement à la terre et de veiller à la posture. Par exemple, l’huile essentielle de mélèze va aider au niveau de l’ancrage et du centrage, tout en apportant un regain de confiance.

Quel conseil peut-on mettre en place de suite ?

Il est essentiel de prendre en compte plusieurs paramètres :

  1. L’énergie du lieu de vie, appelé communément « taux vibratoire ». Si besoin, faire appel à un énergéticien ou géobiologue pour nettoyer les espaces de vie. Plus simplement, utiliser des sprays aux huiles essentielles chez vous. Pour l’école, prendre dans la poche un flacon d’huile essentielle de Géranium, qui va attirer le positif et éloigner le négatif
  2. L’alimentation : pas de sucre le matin, car cela augmente la glycémie et génère une excitation, suivie d’une baisse de forme et de concentration. Attention aux additifs et aux produits déjà préparés. Ces enfants ont particulièrement besoin d’une nourriture vivante
  3. Les écrans : privilégier des activités à l’extérieur, dans un cadre naturel. (la forêt est idéale pour ces enfants) Devant les écrans, les enfants seront hypnotisés et vous paraîtront sages comme des images, mais il y a ensuite l’envers du décor, avec soit une apathie, soit une surexcitation
  1. La gestion émotionnelle : il va falloir apprendre à l’enfant à apprivoiser toutes les émotions qui le traversent, les nommer et les relâcher. Une émotion (é-motion), c’est de l’énergie en mouvement

Il est clair que les parents, les éducateurs, les enseignants et toute personne impliquée dans le monde de l’enfance ont un rôle essentiel à jouer pour aider ces enfants à faire de leur hypersensibilité une force.

Pour en savoir plus sur ce sujet

Liens sponsorisés