Améliorer son estime de soi

Avez-vous tendance à vous trouver toujours plus nul que les autres ou voyez-vous plus vos défauts que vos qualités ?
Si on est facilement conscient(e) que l’on manque d’estime ou de confiance en soi, il n’est pas toujours clair ce que l’on peut concrètement faire pour améliorer son estime de soi.

Chrystelle Chopin est sophrologue à Zürich. Sur sa page Facebook elle fait régulièrement des vidéos où elle présente des thèmes du développement avec beaucoup d’humour. Elle vous explique comment vous pouvez concrètement améliorer votre estime de soi avec une approche corporelle telle que la sophrologie.

Qu’est ce qui peut être à l’origine de manque d’estime de soi ?

L’estime de soi consiste à avoir conscience de sa valeur en tant qu’être humain. Cette valeur que l’on s’accorde est indépendante de ce que vous faites et réussissez. C’est en fait la capacité de se dire : « Je suis quelqu’un de bien et j’ai le droit d’être heureux/se.

L’estime de soi n’est pas quelque chose d’acquis une bonne fois pour toute. C’est comme un jardin que vous devez entretenir régulièrement. Bien sur les bases sont dans l’enfance et l’adolescence mais à tout âge de la vie, il est nécessaire de prendre soin de soi et de faire attention à la relation que vous entretenez avec vous-mêmes.

D’après mon expérience, les personnes qui viennent me voir pour un manque d’estime d’elles-mêmes souffrent souvent d’un manque d’amour d’elles-mêmes. Notre société et notre éducation ne nous a pas appris à nous aimer. Ceci est souvent associé ( à tord ) au narcissisme ou à l’égocentrisme. Mais c’est faux ! L’amour de soi pourrait aussi être nommé : le respect de soi.

C’est-à-dire la capacité de chacun à avoir une bonne relation avec soi-même. S’aimer sans condition. Par exemple, « je m’aimerai quand j’aurai réussi telle ou telle chose… » NON. Cela revient à s’aimer et donc se respecter à condition de…faire telle ou telle chose.

Comment peut-on savoir ce qui affecte notre propre estime de soi ?

Il existe 3 niveaux dans l’estime de soi :

  1. Le niveau bas qui revient à penser de soi-même. « Je suis nul» « Les autres sont tellement mieux que moi » C’est un sous positionnement.
  2. Le niveau haut qui revient qui pourrait se résumer de la sorte « Je suis le meilleur, les autres sont nuls » C’est une sorte de sur-positionnement. Derrière cette attitude se cache en fait une personne qui a une faible estime d’elle-même mais qui le cache par une forme d’arrogance.
  3. Le niveau du milieu qui est : « Je ne suis ni mieux, ni moins bien que les autres. Je suis moi et c’est très bien comme cela. » C’est un positionnement équilibré, caractéristique d’une bonne estime de soi.

Si l’on est dans le positionnement 1 ou 2, c’est que l’on a une difficulté par rapport à l’estime de soi.

Que peut-on faire en sophrologie pour améliorer son estime de soi ?

En Sophrologie la première étape est toujours d’apprendre à se détendre. Se détendre corporellement pour pouvoir se détendre mentalement.

Accepter de se détendre n’est pas si anodin, il fait accepter de lâcher-prise, de faire confiance à son corps et d’aller vers l’inconnu. Ce qui est très difficile pour les personnes en manque d’estime d’elles-mêmes.

Puis une fois relâchée, la conscience est plus libre et la personne peut prendre conscience de ses forces et de ses qualités. C’est la base du travail sur l’estime de soi : changer son regard intérieur sur soi-même.

Un exercice concret à faire ?

Apprenez à profiter de ce qui est agréable. Le corps est plus intelligent que la tête. Si vous lui montrez en conscience quelque chose qui lui est agréable, alors il fera tout pour le reproduire. S’habituer à profiter des bonnes choses est essentiel pour développer l’estime de soi.

Par exemple : installez-vous confortablement et fermez les yeux. Portez votre attention sur votre respiration et plus particulièrement sur votre ventre. Prenez conscience de son mouvement et du rythme de votre respiration. Sans chercher à la modifier. Puis entrouvrez la bouche et sur l’expiration laissez sortir l’air. Prenez de plus en plus le temps d’expirer. Tout en continuant à respirer profiter des sensations agréables que vous pouvez ressentir en respirant. Ces sensations peuvent être physiques, mentales ou émotionnelles.

Une fois que vous aurez profité de ces sensations agréables. Vous pouvez rouvrir les yeux.

Un livre sur le sujet à recommander ?

Une fois par mois, une inspiration de holistia par émail :