Les aides des méthodes complémentaires pour la dermatite atopique

Démangeaisons, douleurs, poussées inflammatoires, peau sèche qui fait des pellicules, tels sont les symptômes qui inconfortent les personnes souffrant de dermatite atopique (aussi appelée névrodermite ou eczéma atopique).Comment peut-on soigner la dermatite atopique naturellement ?

Holistia a demandé aux trois expertes suivantes de partager leurs expériences :

 

  • Julia Gruber est coach diplômée en nutrition et coach en santé holistique de l’Institut de nutrition intégrative. Elle s’est spécialisée dans la santé intestinale et les clients atteints de dermatite atopique font partie de son pain quotidien.
  • Christine Lakits est une naturopathe diplômée avec une spécialisation en naturopathie, conseil nutritionnel, coaching jeûne et thérapies manuelles à Zurich. Elle attache beaucoup d’importance à regarder les gens avec des yeux holistiques et d’être capable de traiter ses clients avec succès.
  • Graciella Huber est une thérapeute de Vinama et fondatrice du cabinet Sorea. Elle-même a souffert de dermatite atopique pendant de nombreuses années et a pu traiter ses douleurs avec vinama et spagyrique.

Deux choses que vous devriez retirer de cet article :

Un médecin devrait diagnostiquer la dermatite atopique.

Pour obtenir des résultats à long terme, il faut trouver la cause (intolérances alimentaires, stress, tension émotionnelle) du problème et modifier le mode de vie en conséquence.

Comment savoir si on a une dermatite atopique ?

Graciella Huber : La dermatite atopique peut survenir de façon inattendue pendant l’enfance ou au cours de la vie. Les symptômes sont multiples. L’apparence de la peau peut prendre différentes formes : Des zones rougeâtres, enflammées et écailleuses ou différentes se forment. La plupart des personnes atteintes souffrent de démangeaisons insupportables. Parfois, les changements cutanés n’apparaissent que dans certaines zones, parfois de grandes zones de la peau sont affectées. En plus de l’examen de la peau, l’analyse détaillée des antécédents médicaux par un médecin constituent l’une des étapes diagnostiques les plus importantes. Dans de rares cas, lorsque les symptômes cutanés ne peuvent être attribués qu’avec difficulté à une certaine pathologie clinique, un échantillon (biopsie) peut être prélevé là où la peau est affectée et fournir une certitude pour le diagnostic.

Christine Lakits : La dermatite atopique, aussi appelée névrodermite, est une maladie inflammatoire chronique de la peau qui se manifeste habituellement en plusieurs phases et qui est reconnaissable par divers symptômes. Dans la plupart des cas, les personnes concernées ont la peau très sèche, tendue et rugueuse. La peau s’écaille. Un symptôme important pour le diagnostic est la démangeaison gênante. Elle peut également entraîner des rougeurs, de l’inflammation et d’autres changements cutanés ne sont pas rares.Cependant pour être absolument sûr, le diagnostic doit être posé par un dermatologue expérimenté.

Julia Gruber : C’est un diagnostic qu’un médecin devrait poser.

Quelles sont les origines possibles de la dermatite atopique ?

Julia Gruber : Je ne peux pas répondre à cette question de manière concluante ou complète. De mon point de vue, je peux seulement dire qu’un régime alimentaire défavorable et inflammatoire contribue certainement aux problèmes de peau comme la dermatite atopique. Les intolérances alimentaires, le stress, le stress émotionnel et les toxines environnementales y contribuent également.

Christine Lakits : Les causes de la dermatite atopique sont complexes et sont dues à un trouble de la fonction de protection de la peau. Souvent il y a aussi le système immunitaire de la peau qui ne fonctionne pas de manière optimale. Il existe des déclencheurs non spécifiques pour une rechute, mais des déclencheurs spécifiques comme les allergies alimentaires, les poils d’animaux, le pollen, les détergents, les produits de douche, etc. peuvent également être responsables. Les facteurs psychologiques tels que le stress ou un mode de vie généralement malsain ne doivent pas être oubliés.

Graciella Huber :Différents facteurs internes et externes peuvent être à l’origine de la névrodermite. C’est aussi l’une des raisons pour lesquelles le traitement est un défi pour le thérapeute. Une mauvaise alimentation, un système immunitaire faible et l’inhibition de ses émotions ont une influence significative sur cette pathologie.

Comment votre méthode peut-elle aider ?

Christine Lakits : Je traite les personnes atteintes de dermatite atopique avec un concept naturopathique adapté individuellement au client. Différentes méthodes sont utilisées selon la cause et la gravité des symptômes. Toujours dans le but d’obtenir une amélioration ou une guérison durable.

Julia Gruber : Ma méthode consiste à passer d’un régime alimentaire à un régime sans danger pour les intestins. Et comme la peau est le reflet de l’intestin et qu’un régime sans danger pour les intestins réduit l’inflammation, le passage à un régime naturel, une alimentation lente, une bonne mastication, etc. seront utiles. De plus, la rééducation intestinale est utile pour fermer toute muqueuse intestinale perméable et inflammatoire et pour rééquilibrer le microbiome.

Graciella Huber :Je renforce principalement les pouvoirs d’auto-guérison avec l’aide de VinaMa. Pour ce faire, des points du visage sont stimulés pour activer tous les organes, calmer le système nerveux et avoir un effet anti-inflammatoire et purifiant. Selon le type de névrodermite, je traite les zones atteintes avec de la moxibution ou différents rouleaux. Je complète le traitement avec le test de salive spagyrique, qui peut être utilisé pour trouver les herbes appropriées pour la personne affectée et l’apparence de la peau. Le client doit ensuite effectuer un massage tous les jours à la maison dont la séquence est adaptée à son problème..

Pouvons-nous combiner votre méthode avec d’autres méthodes ?

Graciella Huber : La multiréflexologie vietnamienne peut être combinée avec la plupart des méthodes et accélère les autres thérapies. C’est aussi un très bon complément au dermatologue.

Christine Lakits : Je commence le traitement de la névrodermite principalement par l’intestin (réhabilitation intestinale et reconstitution de la flore intestinale). Suivi d’un changement de régime alimentaire en faveur d’un régime basique, principalement à base de plantes. Selon l’état physique et mental du client, le jeûne thérapeutique est également un très bon moyen de commencer une thérapie. Je travaille aussi avec des fleurs de Bach et des exercices de relaxation. D’autres procédures sont ensuite ajoutées en fonction des besoins individuels. Très important est également le soin de la peau pour éliminer les autres facteurs externes possibles qui peuvent déclencher la maladie.

Julia Gruber : La nutrition peut toujours être combinée avec d’autres méthodes. Puisque la peau relève de l’établissement de limites et de démarcations, un coaching de vie, la résolution de problèmes familiaux, la réduction du stress, etc. peuvent aussi aider à soulager la dermatite atopique.

Combien de temps faut-il pour obtenir les premiers résultats ?

Julia Gruber : Mes clientes me disent souvent qu’après quelques jours seulement, la peau s’améliore et devient plus douce ou que les démangeaisons sont atténuées. Cependant, afin de rétablir complètement l’ordre intestinal et d’éviter que des problèmes ne se reproduisent à long terme, il est judicieux de prendre soin de votre intestin pendant 3 à 6 mois et d’assurer une alimentation et un mode de vie sains à long terme.

Christine Lakits : Je ne peux pas répondre à cela car cela dépend de l’individu. En général, cependant, en naturopathie, une amélioration des symptômes ou de la guérison prend un peu plus de temps, mais elle est généralement plus durable que le simple traitement des symptômes. Une thérapie holistique implique la considération d’une personne dans son ensemble, c’est-à-dire que le corps, l’âme et l’esprit sont inclus au même titre dans la thérapie pour trouver les causes de la maladie. Si cela réussit et que le client est prêt à changer activement quelque chose dans son mode de vie, alors une guérison durable ou l’amélioration des symptômes est possible.

Graciella Huber : Il est difficile de répondre à cette question. Ici aussi, divers facteurs jouent un rôle. On peut s’attendre à une moyenne de 3 à 6 mois pour obtenir des résultats durables.

Mehr erfahren: