Désir d’enfant: qu’est-ce qui peut bloquer la réalisation de projet bébé ?

Fonder une famille est une véritable aventure qui commence dès le moment où l’on exprime son envie de devenir parent. Dès ce moment, notre corps et notre psyché vont naturellement se préparer à l’aventure de la grossesse puis de la parentalité.

Une telle étape peut réveiller des craintes ou des doutes qui va bloquer notre capacité reproductive. C’est la manière de notre corps et de notre psyché de nous parler et de nous inviter à nous préparer en profondeur à la natalité et à la parentalité.

Anne Trau, thérapeute en systémique, thérapie brève, énergétique et hypnothérapeute vous en dit plus sur cette méthode qui lui permet d’accompagner les couples souhaitant concrétiser leur désir d’enfant.

L'interview en Live avec Anne Trau

Les peurs sous-jacentes

Les futurs parents que j’accompagne expriment fréquemment certains doutes (voire craintes ou peurs) sur la manière dont pourrait se dérouler la grossesse, la naissance ou la parentalité:

 

  • Pendant la phase de la conception :
    • Craintes liées à la sexualité elle-même
    • Craintes liées à la transmission de la vie – et donc potentiellement la mort, notamment à travers des fausses couches, avortements ou morts-nés
  • Autour de la grossesse :
    • Craintes que le fœtus pompe toute son énergie
    • Peur que le bébé ne reste pas
    • Doutes de ne pas savoir accoucher ou que ce soit trop douloureux
    • Craintes liées au développement du bébé, qui se développerait tel une tumeur cancéreuse
  • Les premiers pas de parent et après
    • Angoisse de la dépendance de l’enfant et peur de la perte de liberté
    • Peur de ne pas savoir donner l’attention, la sécurité et la bienveillance nécessaire à un enfant
    • Stress de reproduire des comportements que l’on a vécu ou vu au cours de son enfance notamment des violences ou abandons
    • Doutes sur le futur équilibre et bien-être du couple conjugal

 

Il est tout à fait normal de se poser un certain nombre de questions et de douter. C’est ce qui permet de bien se préparer à vivre les différentes phases de la natalité et de la parentalité. Et du coup d’être prêt-e à y accompagner son enfant.

Car finalement, avoir un enfant ne se résume pas à acheter un lit pour bébé, c’est s’engager soi et en couple à accompagner un nouvel être à travers la vie. Cela demande d’avoir développé certaines capacités et de se sentir prêt-e. Et nous ne sommes pas tous égaux devant cela :

  • Certain-e-s d’entre nous n’auront pas pu construire certaines ressources ou capacités qu’ils/elles estiment nécessaires pour devenir parents. Comme par exemple la confiance en soi. Et il s’agira de les construire.
  • D’autres auront besoin de faire le deuil d’expériences douloureuses en lien avec son enfance, la natalité ou la parentalité avant de s’autoriser à devenir parent. Et ce que nous estimons comme douloureux est très personnel, peut paraître anodin ou il se peut que l’on n’ait jamais mesuré l’impact réel que certains événements ont pu avoir sur nous. Ce sont notamment :
    • Des blessures que nous avons vécues dès le moment de notre conception jusqu’à notre envol du nid (nous personnellement ou en tant que spectateur) ou bien
    • Des blessures qui ont été vécues dans les générations précédentes et qui nous ont été transmises inconsciemment ou encore
    • Elles reflètent des situations qui nous renvoient des émotions et sensations similaires. Ainsi, Julie que l’on avait interdit d’exprimer ses émotions pendant son enfance, redoutait que son enfant vive mal la grossesse puisque dans le ventre, il ne peut pas s’exprimer verbalement et est « incapable de se faire entendre ».

Ces blocages ne sont jamais insurmontables mais nécessitent un accompagnement psychothérapeutique. La thérapie systémique et l’hypnose sont deux outils clés pour dépasser ces blocages.

« Il est tout à fait normal de se poser un certain nombre de questions et de douter. C’est ce qui permet de bien se préparer à vivre les différentes phases de la natalité et de la parentalité. « 

Comment l’hypnose peut-elle aider à guérir de ses peurs ?

L’hypnose permet de se recentrer sur soi, de se détendre et ainsi d’atteindre un état de bien-être. C’est cet état qui permet, dans un second temps, d’ouvrir sa conscience et ainsi d’envisager des situations que l’on vit ou que l’on a vécu sous un angle différent.

Car un blocage est finalement lié à la manière dont nous percevons ce que nous vivons : notre mode de pensée, des émotions qui sont bloquée ou une perception limitée de nos capacités et de nos possibles.

Ce processus en deux temps permet ainsi de dépasser ses blocages tout en douceur et avec bienveillance avec soi-même.

Une séance d’hypnose commence toujours par une clarification systémique de la situation. L’hypnose est utilisée tant de manière conversationnelle que lors d’exercices avec le corps soit de manière plus classique installé dans un fauteuil de détente.

Combien de séances sont nécessaires ?

La durée du processus dépend de la complexité de la situation et de la capacité de la personne à oser affronter des douleurs parfois profondes. Le processus peut parfois concerner plus particulièrement un des deux conjoint-e-s mais je recommande qu’il se fasse à deux afin de construire l’identité parentale dès la pré-conception.

À propos de  Anne Trau

IMG_5763

Une fois par mois, une inspiration de holistia par émail :

Article également disponible en podcast: