Traumatismes : Claude Traube, therapeute EMDR

Claude Traube thérapeute à Lausanne avec plus de 10 ans d’expérience en EMDR nous explique ses outils pour se libérer de traumatismes légers ou plus sévères grâce aux mouvements oculaires.

 

Pourquoi êtes-vous devenu thérapeute ?

Après avoir mis un point final à ma carrière de chanteur lyrique, un ami thérapeute avec lequel j’avais travaillé m’a suggéré de m’intéresser à la PNL. Il pensait que cela devait me convenir car cette thérapie utilise à part égale les capacités du cerveau gauche rationnel et du cerveau droit plus intuitif. Très vite je me suis inscrit à une formation à Paris et ce fut un « coup de foudre ». J’ai poursuivi mes études à Milan où j’ai obtenu le titre d’enseignant certifié. Par la suite j’ai, souvent, par d’heureux hasards, rencontré d’autres approches citées dans mon profil et je suis devenu thérapeute par passion.

Quelles méthodes utilisez-vous pour traiter un traumatisme?

Pour ce qui concerne les traumatismes, j’utilise en priorité l’EMDR (Eye Movement desensitization and reprocessing). Cette méthode, découverte par hasard par Francine Shapiro, est d’une efficacité assez étonnante. Il s’agit d’une désensibilisation des traumatismes par le mouvement des yeux. Ce mouvement des yeux agit sur une partie du cerveau où les souvenirs des événements traumatiques se sont fixés : images, sensations et localsation physique.

Comment cela fonctionne?

On ne sait pas encore de manière définitive comment cela fonctionne. Une hypothèse dit que la méthode reproduit les mouvements des yeux pendant le sommeil qui nous permet d’assimiler les événements de la journée. Le mouvement des yeux induits par le thérapeute permet au cerveau de débloquer le lieu où les souvenirs sont stockés alors que le cerveau continue inlassablement de traiter les autres informations non traumatiques (plasticité neuronale).

De combien de séances avez-vous besoin?

DLe Dr. Jacques Roques, qui a écrit plusieurs livres sur le sujet nous dit qu’il est constamment étonné par l’efficacité de cette thérapie et par sa rapidité. Il arrive que deux ou trois séances d’environ une heure suffisent. Je peux le confirmer et partager cet étonnement. L’EMDR a été popularisé en France par David Servan Schreiber.

Est ce que le traumatisme doit être conscient ( par exemple événement traumatisant dans l’enfance la personne ne s’en souvient pas)?

EIl arrive souvent que des traumatismes échappent à la conscience. Parfois ils sont tellement violents qu’une forme d’amnésie se met en place, ce qui évite à la victime de faire face à des souffrances insuportables. Les souvenirs remontent à la surface pendant le travail thérapeutique jusqu’au moment où le traitement EMDR peut se faire. Il se peut aussi que des souvenirs surgissent, par exemple par la vision d’un film, très longtemps après.
Les autres approches que j’utilise (Faster EFT (libération des émotions), TAT (Tapas Acupressure Technique) peuvent être d’une aide précieuse pour soulager le stress post traumatique ainsi qu’à la découverte de la cause du traumatisme. Et la PNL est une approche précieuse pour créer une relation avec le patient puis à l’inviter à aller au plus près de l’expérience et aux croyances qui se sont installées. La bonne nouvelle étant qu’il est possible de changer ces croyances. Cela l’est aussi avec l’EMDR.Ces interventions qui présentent une apparence de facilité doivent se faire en maintenant une sécurité maximum pour le patient. L’accompagnement compte autant que le geste thérapeutique de stimuler les mouvements occulaires ou de toute autre intervention. J’aime l’idée d’avoir plusieurs outils à disposition comme un peintre qui a plusieurs couleurs à sa palette.

EMDR:

Il s’agit d’une désensibilisation des traumatismes par le mouvement des yeux. Ce mouvement des yeux agit sur une partie du cerveau où les souvenirs des événements traumatiques se sont fixés : images, sensations et localsation physique.

Une fois par mois, une
inspiration de holistia par émail :