Et si c’était le début de la ménopause ?

Votre peau se dessèche plus qu’avant, votre libido est en baisse, vous prenez du poids plus facilement et avez plus chaud qu’avant voire des règles plus abondantes ? Vous êtes peut-être en pré-ménopause.
La pré-ménopause et ménopause sont de grands changements hormonaux qui peuvent déboussoler plus d’une femme (et son entourage ?!).

Holistia a demandé aux trois experts suivants leurs conseils pour aborder cette transition en toute sérénité :

 

  • Gabriella Delvecchio est conseillère en nutrition holistique, passionnée de cuisine à Ferreyres et Yverdon-les bains. Elle anime des ateliers de crusine et propose des consultations pour le rééquilibrage alimentaire et la perte de poids, et un suivi alimentaire en cas de maladies (par ex. diabète, problèmes cardiovasculaires, etc.).
  • Maria-Elena Valeri est naturopathe et travaille à la pharmacie Nature First à Zurich. Un axe important de son offre est la santé des femmes. Cela inclut la phytothérapie et le massage thérapeutique pour les femmes.
  • Madeleine Gasmi est une enseignante de Hatha yoga et Kundalini Yoga, professeure de yoga pour les seniors, coach de yoga, thérapeute par les sons et assistance sociale. Ayant elle-même 58 ans, elle connaît également le sujet de sa propre expérience personnelle.

Si vous deviez retenir trois choses de cet article :

Il existe des solutions. Subir n’est pas une solution.

Dès les premiers symptômes appliquez les mesures de prévention pour une transition hormonale toute en douceur.

Il n’y a pas de solutions rapides. Chaque traitement s’inscrit dans la durée et fait partie intégrante de sa propre hygiène de vie.

Quels sont les signes de la pré-ménopause et ménopause?

Gabriella Delvecchio : La pré-ménopause précède la ménopause. C’est une période au cours de laquelle la femme connaît une transformation biologique intermédiaire. Durant cette phase qui s’étale sur trois à cinq ans, la femme peut voir apparaître certains symptômes (palpitations, vaginite, troubles circulatoires, dessèchement cutané). La ménopause est un phénomène physiologique qui commence après les dernières règles, période au-delà de laquelle il n’y aura plus de menstruations et donc d’ovulation. Pour que la ménopause soit définitive, il faut compter entre 1 et 2 ans sans période de menstruation. Ce phénomène se produit à un âge variable mais généralement entre 45 et 52 ans.

Les symptômes souvent évoqués par les femmes sont les bouffées de chaleur, les troubles du sommeil, la sécheresse vaginale, prise de poids, rétention d’eau, troubles de l’humeur, baisse de la libido (souvent dus à la baisse des oestrogènes).

Maria-Elena Valeri : EIl y a beaucoup de symptômes, voici une liste des principales plaintes :

Symptômes de la pré-ménopause :

  • sensibilité prémenstruelle des seins, rétention d’eau, problèmes veineux
  • légers saignements et pertes en dehors des règles, cycles courts, fluctuations du cycle
  • saignement accru
  • mains / pieds froids, problèmes articulaires
  • gain de poids, perte de libido
  • perte de cheveux, problèmes de peau
  • migraine
  • fibromes, kystes

Symptômes de la ménopause :

  • bouffées de chaleur
  • sécheresse de la peau et des muqueuses, en particulier du vagin
  • plaintes cardiaques fonctionnelles
  • troubles du sommeil
  • difficulté à se concentrer
  • sautes d’humeur
  • dépression

Madeleine Gasmi : Il y a une tendance à la carence en progestérone en période de pré-ménopause.

La progestérone, une hormone du corps jaune, est produite par le placenta chez les femmes principalement dans la deuxième phase du cycle menstruel et pendant la grossesse.

Symptômes: Irritation, agitation interne, anxiété, fatigue et abattement, faible estime de soi, sensibilité accrue, vertiges et nausées, cycles raccourcis, saignements intermittents, sensibilité des seins, baisse de la pression artérielle, prise de poids, maux de tête.

En post-ménopause cependant, les femmes sont plus susceptibles de souffrir d’une carence en œstrogènes. Les œstrogènes sont les principales hormones sexuelles féminines qui sont principalement produites dans les ovaires.

Symptômes: humeur dépressive, anxiété, insomnie, apathie, mauvaise mémoire, maux de tête, douleurs musculaires et articulaires, bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, muqueuses sèches.

Comment votre méthode peut-elle aider ?

Maria-Elena Valeri : En fonction des symptômes, des plantes avec des phytohormones peuvent être utilisées pour agir sur le système hormonal. Le choix des produits est recommandé individuellement en fonction des symptômes. Par exemple :

L’Alchémille (Alchemilla):

  • hémostatique
  • anti-inflammatoire
  • équilibre les hormones

Application: pour toutes les maladies gynécologiques de A-Z

L’Achillée (Achillea):

  • hémostatique, mais aussi hémorragique
  • anti-inflammatoire
  • soutient la digestion
  • antispasmodique
  • renforce la stabilité

Application: Dysménorrhée (troubles menstruels spasmodiques)

L’Igname sauvage (Dioscorea villosa):

  • agit comme la progestérone
  • équilibre les hormones dans le SPM (syndrome prémenstruel) et la ménopause

Application: symptômes du syndrome prémenstruel et de la ménopause (déficit en progestérone ou dominance en œstrogène)

Madeleine Gasmi : Le Kundalini Yoga est un style de yoga holistique, dynamique et énergisant, composé de Kriyas (séries d’exercices spécifiques) avec asanas (exercices corporels), pranayama (techniques respiratoires), mantra (syllabes sonores), mudra (gestes des mains) et techniques de méditation active. Il active le système glandulaire et endocrinien, renforce le système nerveux, ouvre le cœur et favorise la stabilité mentale.

Complété par une alimentation saine yogique et un mode de vie sain et holistique, il améliore la qualité de vie sur les plans physique, mental et émotionnel.

Il y a des centaines de Kriyas différents qui soutiennent l’équilibre et la vitalité dans cette phase de la vie. Ils sont décrits sur internet et dans des livres et bien sûr enseignés par des professeurs de Kundalini Yoga.

Quelques exemples :

Gabriella Delvecchio : Consommer des protéines à chaque repas. Les protéines aident à maintenir un poids santé parce qu’elles stabilisent la glycémie et augmentent la sensation de satiété. Toutefois :

  • Éviter les protéines animales le soir, préférez les viandes blanches ou poissons sauvage et utiliser aussi les protéines végétales.
  • Éviter les aliments dénaturés, y compris les légumes de culture hors sol.
  • Éviter les produits allégés, les aliments industriels ainsi que les colorants et additifs de toute sorte
  • Limiter ou même éliminer les toxiques: café, thé, cacao, cigarette et les remplacer par des toniques comme le thym, le romarin, la noix de muscade, et. .. prévoir de vraies plages de repos.
  • Diminuer les graisses cuites et s’assurer d’avoir consommé assez d’huiles pressées à froid par jour pour leur richesse en vitamine E et en acides gras polyinsaturés (vitamine F). De préférence consommez des huiles de tournesol, de carthame, de sésame, de noix, de noisette et de pépin de raisin. Besoins par jour: deux cuillères à soupe.
  • Éviter le pain sans levain. Préférer les flocons de céréales ou encore mieux, les grains entiers cuits, moulus frais et pauvres en gluten.
  • Ajouter à vos repas des graines entières germées.
  • Consommer une quantité suffisante de légumes à feuilles vertes, et aussi d’amandes, de sésame, d’abricots frais ou secs non traités.
  • Utiliser des aliments frais et entiers principalement de l’alimentation vivante.
  • Le régime équilibré d’une femme à la ménopause et à la péri ménopause devrait comprendre 30 g de fibres alimentaires par jour. Les fibres régularisent le taux de glucose dans le sang, ce qui permet d’être rassasiée plus longtemps en plus de contribuer à prévenir le cancer du sein.

Pour commencer il faudrait avant tout privilégier les fruits et légumes frais, bio, locaux et de saison, du poisson gras 2-3 x par semaine, des huiles de première pression à froid, des graines germées. Réduire la consommation d’alcool, stopper le tabac, privilégier des aliments basifiants. Limiter le sucre et les succédanés de sucre.

À partir de quand faut-il commencer ?

Maria-Elena Valeri : Dès que la qualité de vie est affectée par les symptômes.

Fondamentalement, un régime équilibré et sain, un exercice physique régulier, en particulier à l’extérieur, aident.

Gabriela Delvecchio : MIl faudrait avoir une bonne alimentation tout le temps, pas seulement sur une période spécifique de la vie. Faire régulièrement des drainages (par ex. du foie), intégrer plus de fibres, consommer plus de légumes à feuilles vert foncé.

Madeleine Gasmi : Le plus tôt est le mieux! Le Kundalini Yoga accompagne toute la vie à travers son approche holistique. Mais même les gens qui commencent tard apprennent après un court moment les effets puissants du Kundalini Yoga, souvent après le premier cours de yoga. Les séances d’entraînement quotidiennes optimisent l’effet.

Est-ce à faire pour toujours ?

Gabriela Delvecchio : l’alimentation n’est pas le seul pilier de la santé mais y contribue.

Il faut veiller aussi à pratiquer une activité sportive régulière, se ménager des temps de repos (voire méditation par ex.) et bien dormir.

Maria-Elena Valeri : La thérapie doit être supervisée par un naturopathe et la dose corrigée ou ajustée.

Les produits recommandés sont pris aussi longtemps que le patient l’exige.

En outre, une cure avec des substances amères est toujours recommandée car ils agissent contre le ralentissement du métabolisme du au vieillissement.

Madeleine Gasmi : Oui, au moins une ou plusieurs fois par semaine, idéalement tous les jours.

Vous avez essayé? Partagez votre expérience et inspirer d’autres personnes :